Non, Facebook ne vend pas vos données personnelles. Google non plus.

Facebook, comme d’autres réseaux sociaux, est souvent accusé de collecter un maximum de données personnelles, de les affiner en fonction de la navigation des internautes, de leurs likes et de leurs commentaires, puis de les vendre à des annonceurs sans scrupules.

C’est faux.

Facebook collecte effectivement certaines données personnelles, en récupère d’autres et affine tout cela, mais la société de Mark Zuckerberg ne vend pas de données.

Vous n’y croyez pas ? C’est facile à vérifier. Contactez Facebook et essayez d’acheter une liste de noms, prénoms, adresses email, etc.

Vous n’y arriverez pas.

Facebook vend à ses annonceurs des emplacements et du ciblage. C’est très différent.

Un emplacement c’est un espace publicitaire. Facebook commercialise des espaces publicitaires comme le font les médias traditionnels, TV, radio, presse, magazines, etc.

Le ciblage, c’est la possibilité de cibler une audience particulière en fonction de critères spécifiques qui peuvent être une compilation de données personnelles.

Par exemple un annonceur peut demander à cibler des femmes de 30 à 40 ans qui habitent dans le sud de la France, ont des enfants et conduisent une voiture.

Facebook ne donnera pas les informations à l’annonceur mais s’engagera à cibler seulement les personnes correspondants à la requête de l’annonceur.

C’est la même chose pour Google, LinkedIn et les autres réseaux sociaux de rang équivalent.

Les données que possèdent Facebook ont une grande valeur, et au delà de l’aspect légal, Facebook n’a pas intérêt à les communiquer.

L’annonceur, quant à lui, n’en a pas besoin. Pour cibler son audience il n’a pas besoin de connaître le nom, l’age ou l’adresse exacte des internautes. Il récoltera ces informations plus tard parmi les personnes qui cliqueront sur ses publicités et s’identifieront volontairement sur son site, pour devenir membre ou pour passer une commande par exemple.

Les informations que vous communiquez à Facebook ne sont donc pas données, ni vendues. Elles sont utilisées pour vendre de la publicité et surtout du ciblage.

En revanche il arrive qu’une application tierce autorisée par Facebook (un jeu par exemple, ou une application photo) vous demande l’accès à vos informations personnelles et les siphonne, sans l’accord de Facebook, puis les partage, les revende ou les utilise de façon frauduleuse.

C’est ce qui s’est passé par exemple lors du scandale Cambridge Analytica. La société a collecté illégalement les données personnelles des utilisateurs. Elle n’a pas revendu, ni partagé les données, mais les a utilisées pour influencer les votes des électeurs lors de certaines élections aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Ce qui est tout aussi illégal.

Malgré le fait que Facebook ne revende pas vos données personnelles, il est conseillé de ne partager qu’un minimum d’informations avec le réseau social. Celles qui sont absolument nécessaires à l’ouverture de votre compte, par exemple.

Sur Internet et les réseaux sociaux il est recommandé de rester discret, car :

1- Une fuite ou un piratage des données sont toujours possibles.

2- Vos données ont de la valeur (valeur commerciale). Ne les donnez qu’en contrepartie d’un service qui lui aussi a de la valeur (une adresse email gratuite par exemple) ou pour faciliter une transaction (pour se faire livrer une commande par exemple, plutôt que d’aller chercher les produits en magasin).

Rappelez-vous qu’à partir du moment ou une données (information, image, vidéo, etc.) est publiée, sa confidentialité, et donc votre vie privée, sont menacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =