Facebook atteint les 2,5 milliards d’utilisateurs, mais reste très dépendant du marché nord-américain

Facebook a publié ses résultats pour le quatrième trimestre 2019. Le réseau social continue de gagner des utilisateurs dans toutes les régions du monde. Le chiffre d’affaires est en augmentation lui aussi, mais les profits, affectés par les coûts annexes, ne suivent pas.

L’Asie mène la croissance en volume…

En terme de visiteurs uniques quotidiens (Daily Active Users ou DAU), Facebook passe à 1,657 milliards, en progressant dans toutes les régions, notamment en Asie Pacifique où la croissance est la plus forte (+34 millions d’utilisateurs par rapport au trimestre précédent).

Mais même aux Etats-Unis (marché hyper mature pour Facebook), ou en Europe (marché très affecté par le RGPD et les scandales liés à l’utilisation des données personnelles), les chiffres sont en hausse.

Source Facebook : Utilisateurs quotidiens (par trimestre)

En ce qui concerne les visiteurs uniques mensuels (Monthly Average Users ou MAU), c’est la même chose. Facebook progresse dans toutes les régions, avec des proportions similaires à celle observées pour les DAU (Asie en tête, USA et Canada en dernier).

Source Facebook : Utilisateurs mensuels (par trimestre)

Mais l’Amérique du Nord génère plus de la moitié du chiffres d’affaires

Si l’on s’intéresse au chiffre d’affaires en revanche, c’est l’inverse ! L’ Amérique du Nord est devant et l’Asie Pacifique loin derrière. Les disparités sont énormes. le chiffre d’affaires par utilisateur (Average Revenue Per user ou ARPU) est en moyenne de $8,52, dont $8,36 provenant de la publicité et $0,14 des autres sources de revenus. Mais d’une région à l’autre, l’ARPU varie considérablement.

Source Facebook : CA moyen par utilisateur (par trimestre)

En Amérique du Nord, le CA moyen par utilisateur est de $41,41. C’est trois fois plus qu’en Europe ($13,21) et plus de dix fois plus qu’en Asie Pacifique ($3,57).

Quand au reste du monde (Afrique, Amérique Latine, etc.), qui représente quand même un tiers des utilisateurs de Facebook dans le monde, l’ARPU y est en moyenne un peu inférieur à $2,50.

Tout l’enjeu pour Facebook sera donc à l’avenir d’augmenter le CA moyen, et donc le chiffre d’affaires, dans les régions les plus peuplées et où le réseau social connaît la plus forte croissance.

Car si le chiffre d’affaires sur la période atteint des sommets (21 milliards de dollars sur le dernier trimestre de 2019, un record historique), le bénéfice ne suit pas.

Source Facebook : Profit par trimestre

Les profits ne suivent pas

Les dépenses ont en effet sérieusement augmenté, notamment les coûts liés aux personnel (ressources humaines). En effet, pour continuer son effort visant à nettoyer la plateforme et à améliorer le contenu et la modération, Facebook a dû embaucher en masse.

A cela s’ajoutent les autres dépenses, les amendes ou impôts, les frais de justice, etc.

Objectif : Développer la rentabilité dans les régions les plus peuplées

Dans l’ensemble les chiffres de ce quatrième trimestre 2019 restent bons, car malgré les scandales et la concurrence (TikTok ?) la croissance est toujours soutenue.

Mais c’est le graphique ci-dessous qui est inquiétant. Facebook reste énormément dépendant d’un marché nord-américain où les résistances (sociales, politiques, générationnelles) se font sentir et où le risque de démantèlement se profile.

Source Facebook : CA par utilisateur, par région (par trimestre).

Pour continuer à développer ses ambitions, la société de Mark Zuckerberg devra donc absolument augmenter sa profitabilité en Europe et sur les marchés émergeants pour bénéficier complétement de son audience planétaire sans égal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 ⁄ 1 =